Jeu ambigu des rapports du réel et de l'imaginaire, de la veille et du sommeil: Claire et Solange ne comprennent madame qu'à travers l'image qu'elles s'en font. Image réelle ou fictive?... Seul le miroir pourrait trancher, s'il n'était lui-même l'expression d'une réalité fallacieuse: l'être de la chose nomée. C'est ainsi que jean Genet avouera détester les fleurs mais adorer le mot fleur, ce dernier n'ayant ni pétales, ni épines, ni saveur...

mise en scène Olivier Borne
Texte: "les bonnes" de Jean Genet
Mise en scène et décor: Olivier Borne
Avec: Hanna Klinger, Caroline Florenty, Isabelle Vedie
Costumes: Alain Burkarth
Peinture: Etienne Agnan
Dramaturgie: Laurence barbolosi
Communication: Carole Forestier
Administration: Veronique Andreau
Photographie: Alain Dugas
Production: Théâtre 332
Photos: Alain DUGAS
scénographie Olivier Borne
décor olivier Borne